La flore de l’Etna

Dans le paysage végétal de l’Etna, on peut distinguer trois zones étagées caractérisées par une végétation différente selon le climat déterminé par l’altitude.

La zone la plus basse (50-500 mètres) est caractérisée par la culture, principalement d’agrumes, aux plus basses altitudes. Ces cultures ont remplacé le maquis de lentisque, les oliveraies et les caroubiers qui occupaient autrefois la base du volcan. Parmi le reste de la végétation naturelle, limitée par les cultures et les centres urbains, il faut souligner la présence de l’euphorbe arborescente (Euphorbia dendroides)

 

Saponaria / Senecio dell’Etna

A une altitude plus élevée, (600-1000 mètres) la végétation était, par le passé, caractérisée par des forêts de chênes verts (Quercus ilex) qui ne sont presque plus présentes aujourd’hui à cause de l’activité de l’Homme.

La culture de vignes, d’oliviers, d’amandiers, d’amandiers et de pistachiers (versant occidental) et de noisetiers (versant nord-oriental) est très diffusée. Les forêts de chênes verts dans certaines zones du versant occidental sont caractérisées par la présence du micocoulier de Tournefort (celtis tournefortii).

Le versant oriental, en revanche, n’offre pas de très grandes zones boisées. Outre la présence des chênes verts, on y trouve souvent les frênes à fleurs (Fraxinus ornus) et le charme noir (Ostrya carpinifolia). Dans les forêts de chênes verts, on trouve souvent des châtaigniers (Castanea sativa).

La zone étagée méditerranéenne (1000-1500 mètres) est caractérisée par la présence de forêts de chênes à feuilles caduques, en particulier des chênes blancs (Quercus pubescens). Ces forêts ne sont toutefois pas distribuées uniformément autours du volcan et des châtaigneraies les ont souvent remplacées.

Sur le versant oriental, dans le lieu dit ‘Giarrita’, outre les chênes blancs, il est possible de trouver les chênes chevelus (quercus cerris). Plus en altitude par rapport aux forêts de chênes et aux châtaigneraies, on trouve de splendides pinèdes de pins laricio (Pinete de Linguaglossa et de Serra La nave).

La haute zone étagée méditerranéenne (1500-1800-2000 mètres) s’étend jusqu’à la limite supérieure des forêts, dans lesquelles on retrouve le plus souvent les pins laricio qui ont, en grande partie, remplacé les forêts de hêtres (Fagus sylvatica) dont il ne reste que quelques parcelles.

Dans certaines zones, surtout sur le versant oriental, on trouve des forêts et des bois de bouleaux de l’Etna (Betula aetnensis) que beaucoup considère, comme son nom l’indique, comme exclusifs du volcan Etna.

Une autre espèce caractéristique du paysage de l’Etna est le genêt de l’Etna (Genista aetnensis) le plus important colonisateur des coulée de lave.

Cette zone s’étend au-dessus des forêts, où il est possible d’observer une végétation caractéristique de sous-bois constituée par des coussins d’astragale (Astragalus siculus), une plante endémique de l’Etna, dont le coussinet abrite un grand nombre d’autres plantes.

De 2450 à 3000 mètres, peu de plantes s’adaptent aux conditions difficiles et réussissent à survivre. Elles constituent un groupe pionnier caractérisé par la présence de bouquets rouges d’Acitulidda (Rumex scutatus fo. Aetnensis).

Au-delà des 3000 mètres et jusqu’aux cratères sommitaux, le désert volcanique dû aux éruptions continues empêche tout type de vie végétale.